Accueil édugéo Support Voir les cahiers pédagogiques Télécharger le cahier

Cahier pédagogique "Dijon ville moyenne, une métropole régionale?"


Dijon ville moyenne, une métropole régionale?

Inscription dans les programmes

Cycle 3

Classe de CM1

Thème 1 : "Découvrir le(s) lieu(x) où j'habite"

Identifier les caractéristiques de mon(mes) lieu(x) de vie.
Localiser mon (mes) lieu(x) de vie et le(s) situer à différentes échelles.

Thème 2 : "Se loger, travailler, se cultiver, avoir des loisirs en France." Ex: Dans des espaces urbains. 

Classe de CM2

Thème 3 : "Mieux habiter."
Favoriser la place de la «nature» en ville. Habiter un écoquartier

Classe de sixième

Thème 1 "Habiter une métropole." Les élèves observent la concentration des populations et des activités dans les métropoles, mais aussi les diverses manières d’habiter ces espaces (résidence, travail, déplacement). Les problématiques environnementales, sociales et politiques invitent à s’interroger sur les formes que pourra prendre « la ville de demain ».

Cycle 4

Classe de quatrième

Thème 1 "L’urbanisation du monde". Celui-ci met l’accent sur le processus d’urbanisation, ses espaces et ses paysages. L'étude du renforcement du poids démographique, économique et politique permet aux élèves d’appréhender le processus de concentration à l’oeuvre dans les métropoles. (...)
Les villes forment un réseau à l’échelle de la planète mais elles sont inégalement connectées aux réseaux de la mondialisation.
À l’échelle intra-urbaine, les élèves apprennent à reconnaître les différentes formes d’organisation spatiale urbaine.

 Classe de troisième

Thème 1 "Dynamiques territoriales de la France contemporaine" propose une étude des aires urbaines comme « nouvelle géographie d’une France mondialisée ». 

Classe de première

Thème 1 : La métropolisation : un processus mondial différencié

La France : la métropolisation et ses effets. 

Classe de terminale

Thème conclusif – La France et ses régions dans l’Union européenne et dans la mondialisation:lignes de force et recompositions

Classes préparatoires au Cap

Premier thème : Espaces, transports et mobilités
Second thème : Aires urbaines : acteurs et enjeux.

Classe de première, voie technologique

Thème 2 : Une diversification des espaces et des acteurs de la production  

Dijon et le système urbain français

Dijon, capitale historique des Ducs de Bourgogne, figure parmi les agglomérations françaises qui structurent l’espace national. Son statut a été confirmé par les premières lois de décentralisation de 1982 en tant que capitale administrative de la Bourgogne.

En 2017, avec la réforme territoriale, Dijon a pu accéder au statut de métropole. La ville s'est dotée d'un projet métropolitain ambitieux adopté le 30 novembre 2017. Il offre à l’agglomération des compétences renforcées dans plusieurs domaines mais ne masque pas une spécificité : Dijon Métropole compte parmi les plus petites aires urbaines métropolitaines de France avec ses 383 000 habitants. Seule Brest (317 000) est derrière.

Les nouvelles métropoles dans le système urbain français:

 

Dijon dans le système urbain français, proposition pédagogique 1.

 

Fiche de travail modulable pour la 6ème, la 3ème ou la classe de 1ère est proposée sur le site académique de Dijon.

Pour le géographe Guy Di Méo, une métropole est un « lieu d’impulsion, de créativité, d’émission d’ordres et de connexion des flux les plus variés qui parcourent l’espace ». La métropole est une place centrale, un nœud décisionnel qui concentre des fonctions de commandement économique, politique, intellectuel ou culturel et dont le rayonnement dépasse largement l’aire d’influence traditionnelle de la ville. Le défi pour l’agglomération dijonnaise est de s’affirmer comme un pôle urbain fédérateur de l’une des plus vastes nouvelles régions de France.

Quelles dynamiques territoriales sont à l’œuvre à toutes les échelles participant du renforcement de Dijon en tant que métropole tout en l’exposant à la concurrence d’autres villes ?

Le propos de ce cahier pédagogique est d’ouvrir des perspectives d’analyses avec les outils de croquis renouvelés que met à disposition la plateforme Éduthèque Édugéo. La démarche du croquis en géographie offre des situations pédagogiques stimulantes pour nos élèves que nous tenterons d’esquisser.

Les ressources disponibles

Sur la zone pédagogique de Dijon nous disposons de deux données spécifiques : une cartographie ancienne de 1962 et une photographie ancienne datant de 1971.
Ces données peuvent être complétées dans le catalogue des fonds Géoportail par les photographies anciennes historiques et du scan 1950.
Ces éléments permettent de suivre les évolutions spatio-temporelles de Dijon depuis les années 50 à aujourd'hui.


Dijon, une métropole régionale 

 

Située au nord-est de la France, la nouvelle région Bourgogne-Franche-Comté avec ses 8 départements forme l’une des régions les plus vastes de France. Ses 2 820 150 habitants (2016) comptent pour   4,4   %   de   la   population métropolitaine. Deux villes dépassent les 100 000 habitants : Dijon et Besançon.  Dijon domine démographiquement 3 systèmes urbains locaux qui se dessinent à travers l’implantation des villes dans la région et de leur aire d’influence. Le plus important structure la moitié Est de la région le long de l’axe  Rhin-Rhône  et  comporte  13  des  16  grands   pôles   urbains   régionaux   qui   incluent   les   5  agglomérations  les  plus  peuplées  :  Dijon, Besançon, Montbéliard, Belfort et Chalon-sur-Saône. Le maillage urbain est plus relâché en dehors de cette zone.

Le dispositif urbain de la Région Bourgogne Franche-Comté :

Dijon et Besançon, rassemblent à elles seules environ un dixième de la population régionale. Dix-septième ville de France pour sa population, Dijon compte 157.000 habitants au cœur d’une agglomération de plus de 250.000 habitants et d’une aire urbaine d’environ 383.000 habitants. Elle est devenue, le 1er janvier 2016, l’une des 13 capitales régionales françaises, à la tête de la Bourgogne-Franche-Comté. En avril 2017, elle acquière le statut de métropole à l’instar des 21 autres agglomérations françaises qui ont obtenues auparavant de nouvelles compétences et un périmètre reconnu par l’Etat. Dijon bénéficie d’une position centrale avantageuse en terme d’accessibilité aux réseaux ferroviaire et autoroutier.

Schéma: Bourgogne Franche-Comté, une Région sous influence?

 

 

Proposition pédagogique: fiche de travail n°2, organiser la légende pour en orienter le sens en fonction de la problématique.

L'entité métropolitaine de Dijon s'affirme désormais en valorisant une position nationale dont elle peut tirer bénéfice pour attirer de nouvelles populations. A portée de Paris, Lyon, Strasbourg ou encore la Suisse par le TGV et l'autoroute, elle cible les cadres navetteurs, les jeunes familles ou encore les étudiants. Depuis peu, une marque "Just Dijon" a été lancée pour promouvoir la métropole. Les thématiques retenues, les visuels consultables sur son site internet dédié sont éclairantes: https://www.justdijon.com/

Le marketing territorial "Just Dijon" décliné sur différents supports :

 

 Just Dijon est la nouvelle marque territoriale de la Cité des Ducs de Bourgogne lancée depuis janvier 2018.

Capture du site internet dédié à la marque teritoriale "Just dijon"

Sur le site internet (www.justdijon.com ), plusieurs atouts de la métropole sont mis en avant. Ils reprennent chacun le même modèle de présentation. De « just dijon to invest » à « just dijon to study », en passant par « just dijon to taste », ce sont six facettes attractives de la ville que la marque met en valeur. On comprend donc que Just Dijon s’adresse à plusieurs cibles aussi bien à des entrepreneurs qu’à des étudiants. L’objectif étant de promouvoir le territoire et attirer de nouvelles entités.

A travers ces objectifs, se trouve aussi une ambition plus globale : rayonner à l’international. Cette finalité est l’une des raisons qui justifie le choix de l’anglais pour le nom de la marque. Néanmoins, certains internautes s’insurgent face à l’utilisation de ces expressions en anglais : « Je suis choqué ! s’exclame Ichneumon sur l’article du Bien Public. Un slogan en anglais pour notre belle ville de Dijon ! pourquoi pas « Just do it » ! » https://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2018/01/14/avec-sa-marque-just-dijon-la-metropole-veut-rassembler-ixfd  La suite des commentaires est souvent sévère avec la politique métropolitaine de François Rebsamen, Maire de Dijon et président de Dijon métropole.

Ce modèle de marketing territorial est déjà bien développé à Lyon, avec la marque OnlyLyon. Cette marque territoriale a réussi à fédérer les acteurs locaux et à rassembler des milliers d’ambassadeurs à travers le monde. New-York (INY) ou Amsterdam (avec IAmsterdam), ont été pionnières dans le marketing territorial et sont aujourd’hui imitées par des métropoles plus modestes.

Même si Dijon déploit une politique métropolitaine ambitieuse, elle ne peut masquer le déficit de ses fonctions décisionnelles essentiellement présentes à Paris mais aussi à Lyon ou dans les métropoles de la Région Grand-Est. Compte-tenu de la superficie de Bourgogne Franche-Comté, elle peine même à s'imposer comme capitale régionale. Des forces centrifuges auxquelles sont soumises les populations des départments les plus éloignés de Dijon sont aussi à l'oeuvre. Néanmoins, cette agglomération d'un poids démographique et décisionnel moyen est traversée par des évolutions qu'accentue la métropolisation.

Les dynamiques d'une métropole de taille moyenne

Croissance urbaine et périurbanisation à Dijon.

Du fait de la périurbanisation et de l’étalement urbain, définir une ville moyenne tient de la gageure tant les seuils démographiques retenus demeurent discutés. Une aire urbaine moyenne retenue par l’INSEE compte de 30 000 à 200 000 habitants (pour des villes-centres comprises entre 20 000 et 100 000 habitants). Le CGET (ex DATAR), intègre des villes-centres de 20 000 à 200 000 habitants pour des aires urbaines de 40 000 à 600 000 habitants. Depuis les années 1960, Dijon connait une évolution conforme aux autres villes françaises de même rang. On observe une croissance démographique régulière mais à un rythme moins soutenu que dans les grandes métropoles. Cette croissance se porte pour l’essentiel sur la périphérie dijonnaise avec un fort étalement résidentiel et une augmentation en intensité, fréquence, complexité et portée des mobilités notamment pendulaires. 

 La périurbanisation ces cinquante dernières années à Dijon :

Croissance de l'aire urbaine de Dijon entre 1968 et 2015. La plateforme statistique intégrée dans Édugéo permet des investigations fines à la maille communale par exemple. A partir de données inssues de l'INSEE par exemple et mises en forme avec un tableur on peut enquêter sur les évolutions d'un territoire.

La périurbanisation, l'étalement urbain, l'émiettement urbain, voire même la renaissance rurale sont des réalités complexes dont les définitions peuvent apparaître souvent insatisfaisantes. On peut proposer qu'il s'agit d'un avancement des espaces urbanisés sur des espaces agricoles ou boisés avec pour objet principal la maison individuelle. (in La France en villes, page 99, ouvrage collectif, Atlande 2010). Les modes de vie "périurbains" dessinent des manières de pratiquer l'espace qui sont centrées sur la mobilité. Le recours à la ville-centre devient plus rare au profit de centralités périphériques. Chenôve, Quetigny, les quartiers Toison d'Or ou Valmy au nord de Dijon sont symptomatiques de cette tendance impulsée, entre autre, par la métropolisation. L'implantation de certaines enseignes commerciales mondialisées dans ces secteurs en est un témoin.

Les étapes de la croissance urbaine à Dijon de 1750 à nos jours. Évolution diachronique et diatopique de la population l'aire urbaine dijonnaise. Les différents fonds cartographiques mobilisés permettent une approche schématique. Le recours au dessin manuel sur Édugéo a été ici nécessaire.

Proposition pédagogique n°3, utiliser Édugéo au cycle 3 

Du centre aux franges périrubaines, comprendre l’évolution de Dijon.

Un professeur des écoles envisage une sortie terrain avec ses élèves pour travailler sur les évolutions contemporaines de la ville. Il ou elle décide de prendre le tramway à Dijon avec sa classe. De la place de la République au quartier Valmy, quatre étapes (stations) lui permettront de faire observer et relever les dynamiques urbaines. Dans le cas présent, 6 vidéos sont déjà préenregistrées dans le cheminement suggéré. Le professeur avec sa classe peut organiser le tournages de courtes séquances qui seront ensuite embarquées. A cette occasion, Édugéo permet de mettre en place les compétences TICE liées aux premiers croquis légendés à l’école.

Cette sortie peut être le prétexte pour construire des éléments de connaissance pour le programme de cycle 3, CM2 par exemple. Se déplacer au quotidien, favoriser la place de la nature ou/et habiter un écoquartier peuvent être des cibles privilégiées.

Sortie exploratoire de Dijon du centre historique aux franges périurbaines. Édugéo permet l'intégration de textes, sons, images sous divers formats pour enrichir la découverte d'un territoire.

  

Présentation en ligne du projet pédagogique, les compétences travaillées et le déroulement des activités ci-dessous :

Pour les niveaux collège ou lycée, on peut s'inspirer des travaux de Jean Cavailhès et Mohamed Hilal, http://periurbain.cget.gouv.fr/sites/default/files/Territoires%202040%20n_2.pdf publiés dans Territoires 2040, "Dijon en 2030 : la ville resserrée ou étalée ?" Une séance d'une à deux heures en salle informatique peut permettre de s'emparer des outils de croquis d'Édugéo pour proposer divers scenarii envisageant la croissance de Dijon dans les prochaines décennnies.

Dijon en 2030 : la ville resserrée ou étalée ?

Les mobilités du quotidien avatar de la périurbanisation et de la métropolisation à Dijon.

Concernant les mobilités du quotidien, Dijon ne déroge pas à la règle. Les habitants de son aire urbaine sont autant hyper-mobiles que le reste des Français. Ainsi on observe une intensification et une diversification des déplacements des personnes à tous les moments de la journée et à toutes les échelles. Au niveau national comme pour Dijon, deux actifs sur trois quittent leur commune de résidence pour aller travailler. Le recours à la voiture individuelle est massif d’autant que Dijon bénéficie d’une solide desserte autoroutière. Il ne faut pas négliger l’importance des trajets ferroviaires avec les TER et l’étoile du réseau grand vitesse sur laquelle se situe l’agglomération.

Les mobilités au sein du Grand Dijon. Même si les mobilités restent un objet encore difficile à aborder avec Édugéo, avec un peu de technique et de patience on peut aboutir à un croquis sur mesure pour conduire l'analyse d'un territoire avec ses élèves.

 

Les mobilités quotidiennes contribuent à façonner le territoire. La délimitation en aire urbaine retenue par l’INSEE découle de ce constat. Elle reflète la dissociation croissante entre le lieu de résidence et le lieu de travail. Les déplacements journaliers, souvent pendulaires, sont aussi de plus en plus composites, complexes. On parle également de pérégrination. Leurs portées dessinent les limites de ce territoire solidarisé par le pôle urbain central.

On note une nouvelle fois l'influence incontestable des métropoles situées au nord-ouest et au sud de la Région Bourgogne Franche-Comté. Paris et Lyon captent une part significative des navetteurs dijonnais. La région parisienne capte 40% des navetteurs français dont, quotidiennement, près de 2000 Dijonnais.

Projet pédagogique n°4: comprendre l’articulation des mobilités du quotidien en partant de l’échelle locale.
L'analyse du croquis des mobilités du quotidien à Dijon permet une lecture multiscalaire de ces déplacements par les élèves. On peut travailler sur la multimodalité avec la gare, évaluer l’accessibilité des principaux équipements collectifs, des espaces commerciaux. Pourquoi pas envisager aussi les conséquences de ces déplacements en termes d'impacts spatiaux divers avec la superficie des parking, les sols artificialisés etc...

Possibilité éventuelle de créer une évaluation sur la LGV Rhin-Rhône. L'accessibilité de la gare de Dijon par rapport à celle de Besançon peut être au coeur du projet du fait de leurs localisations très différentes.

Inégalités socio-économiques, le cas de la métropole de Dijon au sein du territoire de la Côte-d'Or.

Le niveau de vie médian des habitants de Bourgogne Franche-Comté est de 19 410 euros en 2012. Il est plus faible en moyenne qu'en France métropolitaine. Les inégalités et la pauvreté sont également plus réduites dans la région. Un habitant sur huit est en situation de pauvreté monétaire en Bourgogne Franche-Comté. (13% de la population vivant avec moins de 1000€ par mois). Cependant, la Côte-d’Or et la métropole dijonnaise montrent de grandes disparités socio-économiques. La pauvreté est-elle plus importante mais moins visible à la campagne que dans les grandes agglomérations comme Dijon ?

 Les contrastes socio-économiques au sein du département de la Côte-d'Or.

 

Les territoires viticoles sont mieux favorisés. Ainsi, dans les secteurs de Nuits-Saint-Georges, Gevrey-Chambertin, Beaune ainsi que certaines communes situées au nord de Dijon, le revenu fiscal médian est significativement plus élevé que dans l’ensemble du département. Cela s’explique par une forte présence de vignobles produisant des vins de renommée internationale. Le taux de pauvreté et les prestations sociales y sont plus faibles. On peut corréler ces indicateurs à la plus petite taille des communes concernées par rapport à Dijon et une mixité sociale moins importante. Ceci n’empêche pas pour autant des écarts de richesse plus forts comme en témoigne le coefficient de GINI. L’ouest de la Côte-d’Or, Pays Châtillonnais, Auxois sont des territoires peu denses, moins aisés et plus dépendants des retraites notamment.

Pour l’agglomération dijonnaise, ses communes urbaines et périurbaines montrent des revenus plus confortables. Ce sont les espaces les plus urbanisés, où l’emploi dans le commerce et les services est plus développé. La population y est plutôt jeune, en emploi, et compte donc moins de retraités. La situation est à peu près la même dans les espaces périurbains, voire légèrement meilleure. Les ménages aisés des centres urbains y sont attirés par l’équilibre entre meilleure qualité de vie et proximité des grands pôles d'emploi : ces derniers incluent des quartiers en leur centre qui concentrent pauvreté et bas revenus.

Dijon et les communes limitrophes concentrent les Quartiers prioritaires de la Politique de la Ville (ZUS Zone Urbaine Sensible, ZFU Zone Franche Urbaine). En 2010, l’agglomération compte 54 900 jeunes de moins de 20 ans soit 22 % de la population. Le territoire compte 21 700 habitants de 75 ans et plus, qui représentent plus de 9 % de la population, proportion similaire à la Côte-d’Or. Les Quartiers de la Politique de la Ville de Fontaine-d’Ouche et du Mail à Chenôve ont une part importante de jeunes (respectivement 31 et 29 %) tout comme le Bief du Moulin à Longvic et les Grésilles à Dijon (27 et 26 %). Le quartier des Grésilles compte également une part importante de personnes âgées. Le taux de chômage est particulièrement élevé dans ces quartiers prioritaires de même que les taux de bénéficiaires de minima sociaux ou de chômage sont supérieurs aux taux départementaux.

Les grands pôles urbains et à fortiori les métropoles comme Dijon accueillent les populations les plus fragiles non seulement dans les quartiers prioritaires mais aussi dans la plupart des autres quartiers. Se loger y coûte plus cher mais la ville offre les services médico-sociaux dont ont besoin les plus fragiles. Elle propose aussi d’avantages d’opportunités pour les populations précaires en recherche d’un emploi.

Proposition pédagogique n°5 sur le nouveau programme de seconde.

Sur une heure, proposer aux élèves un travail de schématisation des contrastes de revenus suivant les territoires de la Côte-d’Or et de la métropole de Dijon. Ils disposent du croquis avec la légende partiellement complétée. Ils doivent produire un schéma informatif de type infographie sur la distribution des contrastes de revenus à l’échelle du département et de la métropole. Un extrait de texte tiré de l’une des sources de travail en fin de cahier doit permettre aux élèves d’avancer des facteurs explicatifs.

A Dijon comme dans beaucoup d'autres territoires, la métropolisation tend à accentuer les évolutions qui concernent la périurbanisation, les mobilités ou encore les contrastes économiques et sociaux. La politique culturelle métropolitaine dijonnaise est-elle à même de rassembler les habitants de l'agglomération et de la Région au sein d'une identité fédératrice? Esquisse de réponse à travers quelques parcours cartographiques.

Des projets culturels métropolitains ambitieux portés par Dijon

La Cité Internationale de la Gastronomie et du Vin

Visuels de l'hôpital général futur siège de la Cité de la Gastronomie et rue Rameau donnant sur l'église Saint-Michel, le théâtre, le nouveau Musée des Beaux-Arts (MBA).

À lire sur le site de l'académie de Dijon.

 

Le nouveau Musée des Beaux-Arts et la Cité Internationale de la Gastronomie et du Vin (CIGV) constituent une des pierres angulaires de la politique métropolitaine de Dijon. La capitale régionale souhaite accroitre sa visibilité internationale. Elle bénéficie aujourd’hui d’une double reconnaissance Unesco. Depuis 4 juillet 2015, le secteur sauvegardé de Dijon (près de 100 hectares, un des plus vastes de France) est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, dans le cadre du dossier des Climats du vignoble de Bourgogne. Par ailleurs, Dijon va se doter d’une Cité internationale de la gastronomie et du vin. Au nombre de 4 (Lyon, Paris-Rungis, Tours, Dijon), ces Cités sont des équipements culturels à vocation touristique. Il s'agit de l'un des engagements que l'État doit mettre en place à la suite de l'inscription par l'UNESCO en 2010 du repas gastronomique des Français au patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Cette Cité aura vocation à valoriser la place du vin dans la gastronomie française, ainsi que les Climats du vignoble de Bourgogne.

Métropolisation et politique patrimoniale à Dijon:

 

 

Les Climats de Bourgogne inscrits au patrimoine mondial:

 

Les Climats du vignoble de Bourgogne sont inscrits au Patrimoine mondial de l'UNESCO depuis peu. C'est l'occasion de revisiter une proposition pédagogique du site académique de Dijon portant sur les célèbres parcelles du Clos Vougeot. La plateforme de carte narrative nous offre la possibilité de construire un récit immersif à partir du manga "Les gouttes de Dieu". Les élèves sont invités à réaliser une tâche finale visant à construire un schéma de synthèse sur l'intégration des vins de Bourgogne dans la mondialisation.

Le lien suivant permet l'affichage en plein écran: Du manga au Clos Vougeot.

Située à l’extrémité septentrionale de la zone centrale, Dijon communique opportunément sur la renaissance de son vignoble. Cette opération lui permet de renforcer son image de métropole « verte » tout en se associant son nom à la notoriété de la prestigieuse côte viticole qui s’étend au sud de l’agglomération jusqu’à Santenay. http://www.cotedor-tourisme.com/bourgogne/beaune-capitale-du-vignoble

Le retour de la vigne dans le Grand Dijon, publicité visible dans les couloirs de la gare de Dijon en novembre 2017. Plaque concrétisant le classement des Climats devant l'entrée du Palais des Ducs de Bourgogne.

La vigne marqueur territorial de la politique métropolitaine de Dijon.

Proposition pédagogique sur le Clos Vougeot, site académique de Dijon: http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/spip.php?article633

Heudelet 26, éco quartier vitrine d'une métropole verte?

La politique écologique du Grand Dijon à l'aune de cet éco-quartier adossé à l'ancienne caserne Heudelet 26 ou siège la Communauté d'Agglomération (COMADI). À lire sur le site de l'académie de Dijon

Pour aller plus loin: La fermeture de la dernière usine de moutarde Amora à Dijon il y a quelques années. Décidé par la Firme Transnationale Unilever, ce déménagement concrétise à l’échelle locale des décisions mondiales, prises dans un contexte concurrenciel entre les géants globaux de l’agroalimentaire. Un projet pédagogique présenté au Festival de Géographie de Saint-Dié en 2014. http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/spip.php?article776

 

Conclusion :

 

Le processus de métropolisation impacte l’ensemble des territoires et singulièrement des espaces urbains en France. La dynamique de concentration des activités de commandement et des emplois les plus qualifiés fait ressortir un nombre restreint de métropoles. Elles présentent des profils très diversifiés comme en atteste Dijon capitale de la région Bourgogne Franche-Comté.

Dijon s’affirme comme métropole régionale. Elle compte parmi les aires urbaines centrées autour de villes de plus de 100 000 habitants (Insee). Dijon concentre les emplois et les équipements de gamme supérieure (université, théâtre, hôpital universitaire, gare TGV…). On ne peut cependant nier que son aire de rayonnement et d’attractivité est peu étendue même si elle tente de renforcer sa centralité à l’échelle régionale. Peut-être aussi parce que comme l'affirme Robert Chapuis, professeur de géographie à l'Université de Bourgogne, il n'y a pas une mais des Bourgogne et à fortiori plusieurs Bourgogne Franche-Comté avec la grande Région. Ainsi, Besançon compte davantage comme « grande ville » mais n’exerce pas de fonctions métropolitaines. Son influence est pourtant indéniable sur la partie orientale de la région.

Filant la métaphore maritime, Jean-Jacques Bavoux professeur de géographie à l'Université de Dijon, synthétise l’organisation territoriale de la Bourgogne à travers les figures de l'île et de l'isthme.  Ce faisant, l'emprise dijonnaise sur le territoire régional demeure limitée et inégale. Seul le départment de la Côte-d'Or est véritablement sous son influence. En devenant une métropole « légale », Dijon capitalise sur son image de marque pour développer des projets autour de la gastronomie et de l’environnement. L’enjeu pour elle est de capter de nouveaux habitants et de nouvelles activités ou fonctions métropolitaines. Au fond, Dijon est une ville intermédiaire qui occupe une place centrale dans l’armature urbaine française. D'après l'exercice prospectif "Territoirs 2040" de l'ex DATAR, c'est une grande agglomération à rayonnement régional qui assure un rôle d’intermédiation territoriale. On peut cependant redouter une accentuation des contrastes de peuplement entre le rural isolé, l’urbain et le périurbain au profit du Grand Dijon et des territoires présentants les aménités les plus attractives.

La lecture de ce cahier pédagogique offre la possibilité de nourrir des pistes de réflexion que l'on peut développer avec nos élèves. Il s'agit surtout de montrer que la plateforme de cartographie en ligne Éduthèque Édugéo est devenue un outil mâture et multifonctionnel. Outre la déclinaison croquis, elle permet de réaliser aussi bien des cartes statistiques que des cartes narratives. Libre à chacun de s'emparer d'Édugéo pour répondre au mieux à ses besoins pédagogiques avec des données précises et régulièrement actualisées. Loin de l'exhaustivité, ce cahier à vocation à solliciter les imaginations pour créer de nouveaux supports cartographiques capables de rendre compte de la métropolisation à l'oeuvre dans les territoires en France comme dans la Région Bourgogne Franche-Comté.

 

Réalisation Mathieu Chartier, académie de Dijon, juin 2020, mathieu.chartier@ac-dijon.fr

 

Quelques ressources utilisées:

Nouvelles Régions françaises et Bourgogne Franche-Comté:

https://www.cget.gouv.fr/ressources/publications/le-nouveau-visage-des-regions-francaises

http://www.geo.fr/environnement/france-nature/france-nature-bourgogne-geographie-1-2-77609

https://journals.openedition.org/rge/1195?lang=de

Dijon:

https://www.metropole-dijon.fr/Dijon-metropole/Le-projet-metropolitain

http://www.plui.metropole-dijon.fr/wp-content/uploads/2018/12/1_1_Rapport_presentation_tome_A_chapitre1.pdf

http://www.echodescommunes.fr/communaute-des-communes_cote-dor_C-A--du-Grand-Dijon_721.html

 

Métropolisation, villes intermédiaires et villes moyennes:

https://www.cget.gouv.fr/dossiers/metropoles-metropolisation

https://cartotheque.cget.gouv.fr/media/record/eyJpIjoiZGVmYXVsdCIsIm0iOm51bGwsImQiOjEsInIiOjMyNzZ9/

https://cartotheque.cget.gouv.fr/media/record/eyJpIjoiZGVmYXVsdCIsIm0iOm51bGwsImQiOjEsInIiOjQ2M30=/

https://www.cairn.info/revue-l-information-geographique-2010-3-page-23.htm?contenu=article

http://www.midionze.com/2019/01/14/guy-di-meo-les-metropoles-ont-joue-un-role-presque-caricatural-de-tri-social/

https://journals.openedition.org/bagf/1090

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Bouba-Olga-Les-metropoles-jouent-elles-vraiment-un-role-moteur-dans-l-activite-_3381.html

Études INSEE:

https://www.metropole-dijon.fr/content/download/32420/383576/file/Population_Insee_presentation_DM_v190219.pdf

https://www.insee.fr/fr/statistiques/3290811

https://www.insee.fr/fr/statistiques/2895640

https://www.insee.fr/fr/statistiques/3898275

https://www.insee.fr/fr/statistiques/3608410

Données économiques et sociales:

 

http://www.ceser.bourgognefranchecomte.fr/uploads/tx_dklikpublications/avispauvrete_01.pdf

https://www.insee.fr/fr/statistiques/3149653#titre-bloc-13

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/cote-d-or/dijon/secours-catholique-publie-son-rapport-statistique-situation-pauvrete-1570972.html

https://www.inegalites.fr/L-Observatoire-des-inegalites-publie-son-premier-rapport-sur-la-pauvrete

https://www.franceinter.fr/economie/la-pauvrete-en-france-se-concentre-dans-les-villes